Posted by: chaterton | May 21, 2007

>LE कोंCOIN DU POETE

>EXTRAITS
LA GUERRE A3 :
* poême homérique “ à la manière de …”
I-1
Ils étaient partis à troie , confiants dans leur sort
Mais en nombres premiers l’ennemi était le plus fort
l-2
Dès les premieres lueurs de l’aube
Les plaines retentissaient du bruit de leurs sabots
I-3
Des cavaliers à la mine papetière
Et même … un peu louche qui,
Enfourchant les croupes languissantes
Des Achéennes aux belles knémides
Traversaien des étendues frémissantes
Sous un soleil de plomb
I-4
Et les cris de la foule en délire
Accueillant ces héraults
Si durs d’oreille
Firent un tel vacarme
Que tous les citoyens
Comme un seul homme se jetèrent…
Sur leurs femmes
Dont les gorges opulentes , déployées
riaient : “ aux larmes !”
I-5
Pour punir ces amants infatigables
Et , faute de pouvoir partager leurs ébats
Les oracles annoncèrent
Pour commencer , la peste
Et qu’au reste , un sort funeste
opposerait cons battus et comabattants
Avant l’hallali des mythes
I-6
Et le sort ainsi conjuré, les témoins
firent qu’en un seul lieu , un seul jour
Tout un peuple anéanti
Tint jusqu’à la fin
Sa promesse impie …de vache
I-7
Allez! Disaeint les dieux , en paix
En vin l’outre n’éclatera
ni les mots “guerre” ne répandra
Sur le royaume des ainés
Hideux de Mars
I-8
Dès lors tout ne fut que désolation
Cris , plaintes , lamentations…
Ainsi débuta ,sur une bavure technique
un combat atrocement féroce
Sous l’oeil hagard des Déesses
Assises sur leurs queux
I-9
Sous un soleil de plomb
le même que ci-avant confondu
resplendissaient l’or et l’airain
Des armures ruisselantes
de lumière autant que de sueurs
froides , qu’on dirait l’ego faible
Que les morts effueillent
Et que le vent etc …
I-10
Sur les selles d’argent
Se reflettaient à milles lieues
Les cuivres des boucliers
L’acier des epées , le fer ….
laser , feux multicolorers
voix off : :- et n’oublies pas le zinc des bars et …
2ème voix off : – chh…chut ! SILENCE
ON ENTENDAIT DE TOUTES PARTS
Des râles de plaisir
Rythmant le fracas des armes
Des cris de surprise exquise
Des sanglots longs
Entrecoupés de souffles courts
Baignant dans le même soleil
de la Grece des chevaux de bois
I-11
Les troyennes proie frêles des grosses lames
courant de toutes parts
Telles des biches aux abois
mêlaient leurs rondeurs moites
Aux pointes acérées
surmontant les remparts
Dieux !
I-12
Par le truchement d’un curieux Papy russe
l’amère victoire se mua en douce défaite
Et depuis lors ; des génératins de mères dés fêtes
virent leurs enfants naître sans pères
Par la logique des luttes impaires
Dont la guerre A3 initia la série
Et à laquelle le monstre 2n+1 mit un terme
PCC: HOMERE

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Categories

%d bloggers like this: